Accueil > Actualités > Lancement du projet collaboratif ATLAS pour décrypter deux lymphomes B parmi (...)

Lancement du projet collaboratif ATLAS pour décrypter deux lymphomes B parmi les plus fréquents pour mieux les traiter

25/04/2019

Le Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy et l’institut Carnot CALYM lancent le projet collaboratif ATLAS avec le soutien institutionnel du laboratoire Celgene, le 25 avril prochain, propulsé par le Groupement d’Intérêt Public Canceropôle Provence-Alpes-Côte d’Azur.

ATLAS ambitionne de fournir une première analyse dynamique à haute résolution de lymphomes folliculaire et diffus à grandes cellules B, dans leur microenvironnement immunitaire. En décryptant, via des techniques d’analyse en cellules uniques, les bases de la physiopathologie de ces cancers, les équipes de recherche vont construire pour chacun d’eux un « Atlas » single-cell RNA-seq sur un grand nombre de patients, afin d’identifier les paramètres biologiques clés associés à la transformation, la croissance tumorale, la rechute et la résistance au traitement.

Coordonné par Bertrand Nadel, Directeur de Recherche Inserm et directeur de l’équipe « Instabilité génomique et hémopathies humaines » du Centre d’Immunologie de Marseille-Luminy (CIML, Inserm/AMU/CNRS) et directeur de l’Institut Carnot CALYM, ATLAS réunit les équipes scientifiques du CIML (dont l’équipe de P. Milpied) et de l’Institut Carnot CALYM (dont l’équipe de B. Nadel / S. Roulland est membre).

« Nous avons récemment fourni la preuve de concept que l’analyse en cellules uniques dans le lymphome folliculaire révèle une vision sans précédent de la dynamique clonale et permet l’identification de petites sous-populations cellulaires néoplasiques jusqu’alors masquées. En accroissant considérablement le nombre de patients analysés et en analysant simultanément la tumeur et son microenvironnement, notre projet ATLAS vise à décrypter les mécanismes biologiques qui sous-tendent la transformation et la croissance tumorale, la résistance et la rechute, ouvrant ainsi des voies innovantes de recherche pour l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques ou de biomarqueurs de réponse. », précise Bertrand Nadel.

Ce projet est lauréat du programme Emergence et Accompagnement (EmA) du Canceropôle Provence-Alpes-Côte d’Azur : « Parce qu’il cible deux des lymphomes les plus hétérogènes et les plus fréquents pour plus tard faciliter leur traitement, ATLAS est un projet ambitieux à très fort potentiel de développement. C’est pourquoi nous le propulsons à travers notre programme EmA, avec plusieurs objectifs : garantir un financement pluriannuel, créer un effet de levier en cofinancement, maximiser les potentiels de rapprochement entre ce projet de recherche académique et un futur développement industriel », souligne Clara Ducord, Directrice du Canceropôle Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le projet ATLAS bénéficiera d’échantillons biologiques issus de la collection CeVi de cellules vivantes de lymphomes, mise en place par CALYM, et conditionnés pour l’analyse scRNA-Seq. Cette collection unique comprendra des échantillons du groupe coopérateur LYSA, menés par sa structure opérationnelle de recherche clinique, le LYSARC, tous deux membres du consortium CALYM. Une expertise clinique sera également apportée au projet via l’implication de cliniciens experts membres du LYSA (Pr. G. Salles et Dr. G. Brisou, HCL Lyon ; Pr. C. Haioun CHU H. Mondor, Paris ; Pr. F. Jardin, Centre H. Becquerel, Rouen).

« La collaboration mise en place au sein de CALYM entre les cliniciens du LYSA et les chercheurs biologistes est une fantastique opportunité pour que ce travail ait une vraie réalité et un impact médical diagnostique voire théranostique pour le bénéfice du patient. Sans d’une part les précieux échantillons biologiques fournis par la collection CeVi, et d’autre part la forte implication de nos partenaires, notre projet serait impossible » souligne Bertrand Nadel.

Une réunion de lancement du projet ATLAS est organisée le 25 avril 2019 à Marseille en présence de l’ensemble des partenaires impliqués, scientifiques et financeurs. Grâce à leur mobilisation, de nouvelles voies de recherche devraient s’ouvrir pour permettre d’orienter les patients vers des traitements plus appropriés et mieux ciblés, dès le diagnostic initial de leur lymphome B.

Télécharger le communiqué de presse (.pdf)

Communiqué de presse Projet ATLASPDF - 313.1 ko